MyLinguistics - Marguerite Leenhardt's Web Log

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - social networks

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 25 janvier 2010

Les Australiens, leaders de l'audience sur les réseaux sociaux

Dans une récente étude, rendue publique le 22 janvier dernier, le renommé institut Nielsen annonçait sur son blog, le NielsenWire, quelques unes des tendances majeures de la consommation des médias sociaux.

A partir de résultats agrégés entre 2007 et 2009, les premiers éléments donnés à voir confirment les changements globaux chez les internautes : l'explosion de Facebook, le relatif déclin de MySpace, l'exponentielle croissance de Twitter, entre autres choses dont nombre d'entre vous ont déjà entendu parler.

social-media-Nielsen09.png

Le temps moyen par internaute sur un service de réseau social a quasiment doublé en un an, de même que l'audience de ces services (mesurée en VU).

social-network-growth_Nielsen09.png

La consommation des internautes américains est particulièrement vorace de Facebook et Twitter (ce dont les Trending Topics de ce dernier donnent une belle preuve jour après jour). Mais là où ça devient vraiment fort, c'est ensuite...

Si les USA capitalisent toujours la plus forte audience (en VU) sur ces services de réseau sociaux, en proportion ils sont nettement moins bons que l'Australie! Je vous laisse admirer la beauté du tableau de données ci-après.

Nielsen_TableauDonnees_SocialMedia09.png

Amis Australiens, toutes mes félicitations! Il ne manque plus qu'une petite étude des moeurs sociodigitales pour expliciter ce phénomène avec un peu de consistance...

dimanche 7 décembre 2008

If you are a US user of U Rank, please let us know your feedback on this MS service :)

U Rank, un Pressflip-Deezer-like en moteur de recherche?

Il n'apprend pas seulement vos goûts musicaux et vos thématiques favorites dans la presse.
Il n'est pas limité au bookmarking de documents intéressants, ni réduit à l'association de quelques mots-clés pour les décrire. U Rank est un service associé à la gamme Windows Live, et permet de gérer, d'éditer, d'annoter et surtout d'échanger du contenu avec sa communauté online.
En effet, U Rank est un produit développé par Microsoft, et il faut reconnaître que les équipes de R&D se sont bien données pour nous mettre à disposition ce puissant service! (à moins que ce soit le travail des équipes de com' qui le rende alléchant, car il n'est pas encore possible de le tester pour les utilisateurs européens des services Windows Live...)
Très simple d'accès, il suffit de rentrer vos identifiants MSN pour l'utiliser. J'eus aimé pouvoir l'essayer à outrance, mais ne peux pour le moment que vous recommander d'aller faire un tour sur la page de présentation du projet, en attendant la release de la version accessible à nous, chers "old-europeaners"!
URank_Error.jpg

mardi 21 octobre 2008

Twitrratr : how to make a fuzz over nothing

Today, twitrratr, another utterance of the so-called "semantic-apps" flooding the web those days, made quite a buzz.

I just cannot resist but to report here the presentation provided on the "about" page of twitrratr :

" We wanted to keep things as simple as possible. We built a list of positive keywords and a list of negative keywords. We search Twitter for a keyword and the results we get back are crossreferenced against our adjective lists, then displayed accordingly. There are obvious issues with this, so if you have any ideas on how we could do this better let us know."

As it is not necessary to demonstrate the weakness of this twitter-based application, which conclusion you can just come to by yourself while trying it, I would like to give here a very basic linguistic point of view, in order to avoid pointless amazement.

We are going to make a little simple exercise, with words taken from the "positive" list and the "negative" list twitrratr uses to process its automatic classification of tweets. Let's just keep in mind that the "neutral" category is the rubbish one, where the tweets with no positive or negative clusters are classified.

1) semantic ambiguity, even in a 140 characters message

Let's begin with two clusters taken from the "negative list" : "completely wrong" and "nothing is".

What if you were to say (a) "Obama wasn't completely wrong" and (b) "I guess nothing is better than that"? The context effect of the negation in (a) reverses the semantic orientation of the cluster. In (b), the comparative adjective "better (than)" also does so. Hence, those simple cases show the importance of the context in which negative clusters appears.

It also works for positive clusters, such as (c) "awesome" or (d) "thank you" : "Let's try this awesome shit" or "I thank you for letting me down". (c) is a case of ironic utterance; up to now, the automatic identification of irony is an unsolved problem, even for the best searchers in natural language processing. (d) shows an example of the sarcastic opinion expressed by the speaker; sarcasm is as tough to process automatically as irony, because these turns of phrases need context to be interpreted properly.

One could think that short text messages tend to be easier to process, but determining the semantic orientation of sentences is a difficult task to accomplish without taking into account the grammatical relations between the words.

2) why natural language processing should be of prior interest for twitrratr developpers

The best technologies developped for the automatic processing of subjective content, such as those developed by CELI, can analyse the positive or negative orientation of sentences. But this achievement requires several levels of linguistic analysis : the grammatical level, that is to say the relations between words in a sentence, is not easy to represent. Why? Because this is natural language, which characteristic are ambiguity and semantic variation depending on the context (textual context, social context, cultural context) in which words occur.

That's why twitrratr developers need a linguist to avoid most of the mistakes in automatic classification of tweets, such as the following, found using the query "cartier" (classified in the positive tweets because of the positive cluster "hilarious"):

twittrratr.jpg

After reading this tweet, do you consider it as a positive one?

mercredi 8 octobre 2008

ChaCha!

ChaCha’s Guides are individuals who are part of a vibrant community dedicated to helping people by sharing their knowledge.

Interesting? Bien loin des mobile services avec beaucoup de processing dedans, ChaCha, c'est un peu comme les renseignements téléphoniques, mais avec des contributeurs volontaires à l'autre bout du fil pour vous fournir de l'information.
La vidéo de présentation de l'outil est disponible sur le site chacha.com. Alors, il ne s'agit pas d'un moteur de recherche, mais d'un service de mise en relation entre les personnes, les unes souhaitant obtenir une information, les autres souhaitant partager leur savoir. Chacha propose d'ailleurs du mobile marketing à partir de la plateforme dont dispose la société.

As usual, j'ai cherché des papiers explicitant la technologie utilisée sur le site, mais n'en ai point trouvé. Une phrase intéressante à relever cependant :

ChaCha’s technology is also learning from each answer that is provided by our guides so that we can deliver accurate answers as quickly as possible.

Pas folle la guêpe ChaCha : ils ont donc glissé un algorithme d'apprentissage automatique qui s'entraîne sur les bases de données des réponses fournies par les Guides humains. Je suppute qu'un algorithme de génération automatique de texte ne va pas tarder à pointer le bout de son nez : quelle manne, les réponses de Guides!

samedi 6 septembre 2008

Firefox, la limite de Yoono

YoonoYoono, l'extension Firefox qui fait parler d'elle depuis quelques temps, en particulier dans ce petit billet, fait l'objet d'un papier très positif sur ReadWriteWeb.

Alors, j'ai envie de dire : oui, avec une reco comme ça, il y a de fortes chances que ce service marche. Le widget apparaît alors comme l'invention du diable :

Yoono is a Firefox extension that sits in your browser's sidebar and provides access to a ton of widgets that help keep you connected to your friends. The available widgets range from your favorite social networks such as Twitter, FriendFeed, Facebook, and Flickr, to providing related web page recommendations.However the things that Yoono is able to do are endless. Essentially Yoono is a tool that can do a lot more than it seems at first glance.

Des tonnes de widgets qui, telles des synapses libérant des neurotransmetteurs potentiellement lucratifs, confèrent un pouvoir infini à ce service dont on est loin de soupçonner l'étendue des talents. Il est tout publics, autant adapté aux mainstream users qu'aux early adopters, bref, rien à redire.
Fort bien, mais n'est-ce pas afficher un enthousiasme un peu trop transcendant? Yoono a une limite inéluctable : son potentiel d'expansion dépend de celui des utilisateurs de Firefox. Comme le relève très justement l'un des lecteurs de cet article sur RWW,

The majority of people still do not use Firefox and the majority of Firefox users are early adopters. ... As long as Yoono remains confined to Firefox, its chances of bringing social media tools to the masses remains small.

What else?

lundi 18 août 2008

Loi de Zipf, Twitter et la monétisation

Un très complet article de BusinessWeek, paru ce matin, a pour incipit quelque chose qui tient presque de la sentence : Don't be surprised to see advertising on Twitter soon. It's about the only way the service can generate revenue. But will it be enough?

Question rhétorique, formulée pour qu'on ait envie d'y répondre Damn! I'm sure it won't be enough!

Fort bien. Ce qu'il y a de très intéressant, c'est une analogie à l'application de la loi de Zipf. Par chez nous les TAListes, la loi de Zipf est utilisée en tant que méthode empirique pour l'observation de la fréquence des mots dans un texte. Elle peut être envisagée comme un indice de l'informativité de la fréquence des formes (chaînes de caractères) dans un texte (cf. la Théorie de l'Information, Shannon).

Bon, donc, loi de Zipf et tweets, ou comment une loi de distribution statistique, qui pourrait permettre de concevoir un indice de significativité de vos contacts, permet en tous cas d'en prédire la limite quantitative. En effet,

Zipf's Law suggests that each subsequent thing in any series (such as your Twitter contacts) has predictable diminishing value. (Though Twitter) consists of small pools of people with gaps and limits on how they interact. This is important to marketers and investors, because it puts big brakes on how internal communications could propagate inside any social media network.

Nous y voilà! Les limites empiriques d'un réseau dont l'expansion est potentiellement infinie, qui nécessite donc des alternatives de monétisation autres que la vente d'espaces publicitaires ou qu'inciter les utilisateurs à payer. L'une des solutions soulevées par Ben Kunz, auteur de l'article en question : Twitter could extract money from user data.

Il est fort probable que l'on en vienne à ce type de solution, où, faisant fi de la protection des données personnelles, on applique des technologies de traitement automatique des opinions, par exemple, pour améliorer l'identification des cibles marketing. Nombre de travaux dans le champ de l'opinion mining ont précisément cet objectif.

A voir aussi : un billet de Palpitt fournit quelques observations sur les limites cognitives de l'expansion des réseaux sociaux.

samedi 2 août 2008

Kiobo : la recommandation par contacts interposés

Le rapport d'influence entre les utilisateurs liés par l'appartenance à un réseau social hybridé entre numérique et réalité. C'est un phénomène entre autres étudié par les domaines de l'opinion mining et du sentiment analysis, en particulier pour observer son incidence sur les comportements d'achat.
Une application comme Kiobo apparaît alors comme un terrain à investir, avec les données dont il dispose pour suivre les parcours de vos contacts sur la toile.

kiobo.jpg

share what you see discover what you like

La restitution des informations sur les pérégrinations webbiques de vos groupes de contacts doit leur permettre de vous aiguiller, en fonction de vos affinités d'intérêt mutuelles. Vous représentez aussi un vecteur d'influence potentiel. L'acuité avec laquelle on vous cible est accrue par l'ajout de Kiobo à un réseau social, Facebook pour ne pas le citer. Croiser les informations de profil, de contacts et de navigation.

Le Web sémantique, une standardisation pour la constitution d'un champ d'exploitation orientée marketing aussi? Sans doute la question n'a-t-elle plus à être posée.

Post Scriptum : une très bonne présentation de Mashable à lire absolument!

lundi 28 juillet 2008

Microsoft : interrogation en langage naturel et réseaux sociaux

TechCrunch en parle : Microsoft s'associe à Facebook pour lier Live Search au réseau social, to provide web search and search advertising précise msnbc. Rien de trop innovant pour ce type de plateformes, monétisables avant tout par le ciblage des utilisateurs pour réduire les coûts d'affichage aux annonceurs.

Il faut rappeler que ces dernières années, les applications d'analyse des sentiments (sentiment analysis) et de la fouille de textes orientée opinion (opinion mining) se sont essentiellement élaborées avec le Web comme corpus et les sites d'avis de consommateurs comme terrain privilégié. Les technologies de la classification automatique et de la fouille de textes, qui répondaient à des problématiques documentaires, sont appliquées au traitement automatique du langage subjectif. Ces technologies trouvent donc un terrain parfaitement propice dans ces agrégateurs géants de fiches de présentation individuelles auxquelles s'apparentent les réseaux sociaux.

Inévitablement, un écho du récent rachat de Powerset se fait entendre. Pour contextualiser rapidement cette affaire, Microsoft est entré au capital de Facebook en octobre 2007, investissement dont la pertinence semble avoir fait douter. Powerset, moteur de recherche sémantique qui fait plutôt dans l'interrogation des interfaces de recherche en langage naturel, a été absorbé il y a quelques semaines. Ce qui est dans la ligne d'action définie par Microsoft ces dernières années : effectuer de petits investissements pour entretenir la croissance externe du groupe.
herveG, modérateur de Webrankinfo, propose une intéressante mise en perspective sur ces agglomérations entre moteurs de recherche et réseaux sociaux. En particulier sur les développements au sein de Facebook :

Facebook ne cesse de recruter de nouveaux membres grâce à ses quelque 5.000 applications, de nouvelles étant proposées tous les jours. Et maintenant, fort de son succès, il débauche aussi chez Google: après avoir recruté début mars comme nouvelle directrice générale Sheryl Sandberg, l'une des responsables des ventes de publicité de Google, il vient de recruter Ethan Beard, qui était le directeur des médias de socialisation de Google.

Fort bien. Mais alors, si un LiveSearch peut bénéficier d'une technologie telle que Powerset, cette dernière n'aurait-elle pas également sa place dans la prochaine génération d'interfaces à la Windows Seven? Microsoft annonce, justement

"The way you interact with the system will change dramatically."

Changer les modes de consultation et d'accès aux données, sans être trop fou, avec des interfaces qui gèrent le TextToSpeech et le SpeechToText, en calant quelques modules d'analyse syntaxique, d'identification automatique des intonations, saupoudré de sentiment analysis... je n'ai pas la sensation de rêver trop fort.

lundi 7 juillet 2008

Yoono, une extension Firefox communautaire qui marche?

Yoono

Les utilisateurs peuvent gérer tous leurs réseaux sociaux, communiquer par messagerie instantanée, découvrir et partager du contenu depuis une même interface.

Voilà pour le profil de cette extension Firefox, qui figure dans les pôles d'investissement d'AGF Private Equity. VnuNet donne plus de détails, dans cet article qui a déjà un mois d'âge.

"C'est un véritable navigateur social", affirme Pascal Josselin, PDG et co-fondateur de ce service Web 2.0

Partage automatique des vidéos YouTube, des photos Flickr, les adresses des sites enregistrés dans vos favoris, avec des restrictions de confidentialité dedans. Comment rendre une telle application lucrative?

La réponse dans la quote des propos rapportés par VnuNet :

"Nous sommes en contact avec Yahoo Europe pour monétiser notre toolbar", explique Pascal Josselin. "Nous allons leur envoyer des mots-clés, en fonction des centres d'intérêt de chaque internaute, et en retour Yahoo affichera une publicité ciblée en bas de notre toolbar."

Bonne idée, à plusieurs égards, mais... praticité pour la publicité? ceci est une question rhétorique

A voir : quelques avis de gens qui ont testé

jeudi 26 juin 2008

Facebook dans toutes les langues?

A voir sur le blog de OurielOhayon, qui parlait hier des nouvelles applications de traduction qui arrivent sur FB.
Belle idée, impatiente de voir ce que ça donne!

- page 1 de 2