MyLinguistics - Marguerite Leenhardt's Web Log

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Industrie des Langues

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 18 septembre 2009

Le TAL français relancé par le volet numérique : petit panorama

NKM a fait un certain bruit médiatique avec les mesures relatives au volet numérique du plan de relance, plutôt focalisé autour du Serious Gaming que des Projets Web Innovants. Je m'intéresse ici surtout à ces derniers, qui ont généré une petite émulation dans la bulle TAL française.

Le mois de septembre a marqué un tournant pour quelques dizaines d'entreprises et laboratoires universitaires qui s'étaient, en juin dernier, lancés dans une haletante ruée vers les Projets Web Innovants. Comme promis, près de trois mois plus tard, le Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi annonce la liste des projets financés.

Concernant les laboratoires plutôt connus pour leur spécialité TAL (et pas uniquement en ingénierie documentaire ou en IHM), on remarque le LIP6, le LINA et différents pôles de l'INRIA (Nancy et Sophia-Antipolis notamment), qui partagent la scène avec des écoles, en particulier Sciences-Po Médialab, et Télécom ParisTech.

Côté entreprises, on note surtout :

  • la belle performance de Syllabs, jeune entreprise qui fleurit à sa troisième année, avec Feed-ID, un projet plutôt orienté référencement que pur TAL, pour une agrégation de compétences qui semble prometteuse, compte tenu des briques technologiques développées par cette société et qui sont pour partie destinées à l'aide aux linguistes; un point intéressant à retenir lorsque l'on sait les proximités des solutions de TAL avec les nouvelles industries de la veille web et du monitoring d'information;
  • l'air du temps que respire Lingway, avec un projet de représentation cartographique et d'analyse sémantique - qui n'est pas sans rappeler d'autres projets dans la même veine, en particulier le projet Doxa, débuté l'an dernier;
  • le très intéressant projet GlipFix, dédié à la co-création de contenus informationnels de qualité, porté par FaberNovel, qui s'est pour l'occasion notamment associé à Exalead - fleuron du moteur de recherche made in France, par ailleurs très bien implanté sur le segment des solutions entreprise;
  • on reste dans le thème de l'édition collaborative, avec le projet Topos, autour duquel on retrouve PERTIMM, entreprise également située sur le segment du traitement de l'information.

Sans savoir s'ils ont tous répondu à cet appel d'offres, j'aurais aimé avoir une trace de Temis, SineQua ou Synapse Développement - pour ne citer qu'eux. Tout cela augure cependant un bel avenir à ces - presque incontournables - noms du TAL hexagonal, et instaure un terrain favorable au développement de cette industrie en France.

dimanche 5 octobre 2008

Les bons augures de David Provost...

laissent à penser que l'arrivée sur le marché des technologies de TAL (Traitement Automatique des Langues) annonce celle de réponses plurielles à des besoins industriels importants. On the cusp, belle forme parabolique. Fort bien.

Semantic science is being productized, differentiated, invested in by mainstream players and increasingly sought after in the business world

Je tique sur ce semantic science qui sent très fort la présentation commerciale, mais ce qui est dit ensuite n'est pas faux; c'est même très vrai : la demande existe, la technologie peut envisager de quitter les laboratoires pour arriver en contexte industriel, les formations universitaires doivent donc être reconnues à leur juste valeur.
Au-delà de la très aguicheuse quatrième section intitulée Who should read this report, qui fera en 38 pages un état de l'art profitable aussi bien aux business managers and strategists qu'aux software engineers, je laisse Marshall Kirkpatrick plier l'affaire de son excellente formule :

In fact, while Provost has glowingly positive things to about all the companies he surveyed, the absence of engagement with any of their shortcomings makes the report read more like marketing material than any objective take on what's supposed to be world-changing technology.

En effet, le champ couvert par les exemples relève surtout de la gestion d'information et d'outils permettant l'association de métadonnées aux documents, le tout dans un packaging qui tient plutôt de l'outil de travail collaboratif que d'un outil sémantique. A cet égard, la présentation d'Anzo, un module Excel développé par l'Université de Cambridge, apporte de l'eau à notre moulin.

Ce rapport me semble illustrer l'un des écueils liés à l'émergence de cette industrie : le flou autour d'un ensemble de technologies expérimentales à fort potentiel lucratif, avec des cahiers des charges encore mal définis, où les sites des entreprises citées exhibent plutôt de beaux schémas qui bougent et un panneau de success stories, que leurs papiers de recherche...