Et si la qualité technique des algorithmes ne suffisait plus à assurer la qualité éthique des résultats?

C'est une question-ricochet à l'information relayée hier par ActuAbondance, dans un article explicitement intitulé Google Images renvoie des photos racistes sur Michelle Obama. Point d'utilité à trop discourir sur la nature de ces contenus, voyez plutôt :

michelle-obama-1.jpg

Quand bien même à l'heure actuelle le caractère politiquement correct des résultats de recherche d'image sur la first lady est rétabli, ActuAbondance rapporte clairement la position de Google sur la question :

Google, tout en s'excusant auprès de la femme de chef de l'état, a expliqué qu'il ne supprimerait pas cette image et qu'il ne modifierait pas son algorithme en conséquence car ce dernier ne fait que refléter le contenu du Web.

Je ne peux m'empêcher de trouver là un écho au précédent billet posté ici, qui traitait du dépôt de brevet par Yahoo! d'un algorithme de recherche incluant une intervention humaine, et ce dans le but d'améliorer la qualité des résultats de recherche.

Alors qu'une réflexion profonde sur l'éthique du Net fait couler les chaînes de caractères un peu partout sur le Web, du fait de son impact sur la circulation et la qualité de l'information, le positionnement de Yahoo! - donc les conséquences sur les algorithmes de recherche implémentés dans Bing, le moteur de Microsoft - prend une toute autre envergure.

Le tollé venu des internautes US annonce clairement la couleur : outre les performances de rapidité ou encore de facilité de navigation, l'un des prochains enjeux sera pour eux d'avoir une véritable qualité éthique des résultats de recherche. Parce que la qualité du contenu diffusé fait aussi la qualité du support... l'on attend d'un moteur presque autant que d'un journal. Et les feuilles de chou ne seront probablement pas plébiscitées.