Une petite pensée aux connaissances web-journalistiques, qui ne doivent pas manquer de prêter l'oreille aux mots de Schmidt...

Danny Sullivan, chez SearchEngineLand, propose une série d'articles suite à son interview d'Eric Schmidt, CEO de Google depuis 2001, au sujet de la stratégie du leader de la recherche en ligne par rapport aux producteurs et éditeurs de contenus.

Le contexte ambiant, qui combine mutations de la presse off et online, apparition de web services dédiés - Fast Flip chez Google, la bonne initiative du Newspaper Consortium chez Yahoo! - , et plus généralement la mise à disposition des ressources culturelles bibliographiques et journalistiques notamment, oriente l'échange des deux protagonistes autour de la question de la fonction de Google dans l'univers Web - puisqu'il n'est plus besoin de disserter sur sa position de leader incontesté, pour l'instant.

Schmidt affirme :

We need these content partners to survive. We need their content. We are not in the content business. So, you could decide that we’re just evil businessmen trying to give money to the newspapers through the Fast Flip revenue shari..., or you could decide that we’re altruistic and trying to save an important Fourth Estate of American political discourse. Whichever one leads to the same outcome. I hope you believe the second. But even if you believe the first, it’s still good business. We need their content.

Google a besoin de contenu, il innove donc en élaborant de nouveaux outils de gestion et de production de contenus à destination du plus grand nombre. Du contenu qu'il peut se réapproprier aussitôt : je pense en particulier à la prochaine indexation de vos Google Docs, qui mérite un peu d'attention tout de même. On n'aura donc pas d'information produite par Google en dehors de la communication traditionnelle autour de ses technologies.

Pour aller plus loin, lisez les positions de Schmidt :