NKM a fait un certain bruit médiatique avec les mesures relatives au volet numérique du plan de relance, plutôt focalisé autour du Serious Gaming que des Projets Web Innovants. Je m'intéresse ici surtout à ces derniers, qui ont généré une petite émulation dans la bulle TAL française.

Le mois de septembre a marqué un tournant pour quelques dizaines d'entreprises et laboratoires universitaires qui s'étaient, en juin dernier, lancés dans une haletante ruée vers les Projets Web Innovants. Comme promis, près de trois mois plus tard, le Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi annonce la liste des projets financés.

Concernant les laboratoires plutôt connus pour leur spécialité TAL (et pas uniquement en ingénierie documentaire ou en IHM), on remarque le LIP6, le LINA et différents pôles de l'INRIA (Nancy et Sophia-Antipolis notamment), qui partagent la scène avec des écoles, en particulier Sciences-Po Médialab, et Télécom ParisTech.

Côté entreprises, on note surtout :

  • la belle performance de Syllabs, jeune entreprise qui fleurit à sa troisième année, avec Feed-ID, un projet plutôt orienté référencement que pur TAL, pour une agrégation de compétences qui semble prometteuse, compte tenu des briques technologiques développées par cette société et qui sont pour partie destinées à l'aide aux linguistes; un point intéressant à retenir lorsque l'on sait les proximités des solutions de TAL avec les nouvelles industries de la veille web et du monitoring d'information;
  • l'air du temps que respire Lingway, avec un projet de représentation cartographique et d'analyse sémantique - qui n'est pas sans rappeler d'autres projets dans la même veine, en particulier le projet Doxa, débuté l'an dernier;
  • le très intéressant projet GlipFix, dédié à la co-création de contenus informationnels de qualité, porté par FaberNovel, qui s'est pour l'occasion notamment associé à Exalead - fleuron du moteur de recherche made in France, par ailleurs très bien implanté sur le segment des solutions entreprise;
  • on reste dans le thème de l'édition collaborative, avec le projet Topos, autour duquel on retrouve PERTIMM, entreprise également située sur le segment du traitement de l'information.

Sans savoir s'ils ont tous répondu à cet appel d'offres, j'aurais aimé avoir une trace de Temis, SineQua ou Synapse Développement - pour ne citer qu'eux. Tout cela augure cependant un bel avenir à ces - presque incontournables - noms du TAL hexagonal, et instaure un terrain favorable au développement de cette industrie en France.