Image_2.png Un précédent billet donnait quelques éléments en faveur d'une opposition mal posée : Google vs. Worlfram Alpha.
L'idée était de mettre en avant que, non seulement Wolfram Alpha n'avait pas vocation à concurrencer Google, mais que Google commençait à s'inspirer des modèles de restitution des résultats de recherche de son faux outsider. En tous cas, pour ceux qui n'en étaient pas convaincus, on a la preuve tangible que l'information structurée est bien l'avenir des moteurs de recherche grand public.

On pouvait lire début mail sur TechCrunch un excellent billet sur le sujet, dans une perspective comparative à la défaveur de Wolfram Alpha. L'autre membre de la comparaison? Google Squared, très attendu, dont ActuAbondance et TechChunch-fr parlent aujourd'hui.

Nous y voilà : Google s'est bien inspiré de Wolfram Alpha, si la chronologie que donne à voir le web sur ce point peut être estimée fiable. La différence? Wolphram Alpha compute sur quelques dizaines de teraoctets. Avec Squared, Google est en train d'opérer sur le web entier pour que l'utilisateur le perçoive comme mieux rangé, facilitant son accès à l'information "pertinente". Oui, des guillemets. TechChrunch l'avait vu venir de loin, c'est déjà en train de se passer, mais comme la pilule est bien emballée, l'utilisateur l'avalera sans peine :

Turning the Web into a giant database will crush any attempt to segregate the “best” information into a separate database so that it can be processed and searched more deeply.

Une bonne raison pour les internautes de considérer avec précaution la pertinence de la référence nommée Google.

A l'heure où Pasquier prend soin de vous éviter un geste en plus en vous vendant des pains au lait prédécoupés, Google n'est-il pas en train de nous vendre de la pertinence prédécoupée, rongeant un peu plus notre envie de questionner la pertinence du résultat?