MartinANDWhiteBook.jpg

L’Appraisal Theory s’intéresse à la manière de modéliser le langage évaluatif, en particulier à la relation d’influence induite par les stratégies mises en œuvre par l’auteur d’un texte, qui conditionneraient le lecteur à adopter son opinion. Se réclamant de la linguistique systémique fonctionnelle (Systemic Functional Linguistics, ou SFL), Martin et White entendent situer la notion d’appréciation within a holistic model of language and social context (The Language of evaluation, Introduction, p.7). L’intégration du contexte social dans l’interprétation du donner à voir qu’exhibe l’auteur n’est pas sans rappeler certains critères d’analyse de la sociolinguistique interactionnelle. En particulier, ce que (Gumperz, 1999) caractérise en termes de processus de contextualisation verbaux. (Référence exacte : Gumperz, J. (1999). On interactional sociolinguistic method. In S. Sarangi & C. Roberts (Ed.), Talk, Work and Institutional Order. Discourse in Medical, Mediation and Management Settings (p.453-471))

La Théorie de l’Appréciation se concentre plus précisément, parmi l’ensemble des ressources sémiotiques, ou métafonctions dans la terminologie de la SFL, mobilisées par les locuteurs dans leur démarche de construction du sens, sur la métafonction interpersonnelle. Plusieurs aspects sont alors distingués, comme constitutifs de la métafonction interpersonnelle, ce modèle théorique se réclamant d’une perspective holistique. Les rapports d’influence entre l’auteur d’un texte et son lecteur, médiatisés par l’expression de l’opinion, constituent l’un des objets d’étude de ce modèle. C’est bien le donner à voir, c’est-à-dire le positionnement tel que l’émetteur du message le présente comme objectif ou subjectif, qui est soumis à l’étude, par le biais de l’analyse textuelle – les indices lexico-syntaxiques, entre autres –.

La modélisation de la sémantique de l’appréciation telle qu’elle est exposée dans (Martin and White, 2005), se veut topologique et non typologique. Ils n’entendent donc pas proposer une analyse catégorielle mais graduelle de l’appréciation : The introduction of scaled systems shifts our perspective from categorical to graded analysis. (It) is a shift from typology to topology. (op.cit., Introduction, p.16). Il s’agit en fait d’une modélisation des régions de sens, ainsi que de la proximité qu’entretiennent les sens entre eux, en fonction d’un continuum de variation.