ZdNet relatait hier, encore, l'information de rachat de la technologie Powerset par Microsoft.
Une quote que je laisse à l'appréciation de chacun pour commencer :

la recherche en ligne basée sur le langage naturel - la sémantique -, qui ne se soucie pas des opérateurs booléens notamment

Je laisse de côté ma tentation d'insurrection contre cette définition de la sémantique, parce que ça fait vraiment plaisir de lire ça un peu plus bas :

La recherche en ligne, et particulièrement celle basée sur le langage naturel, sera le théâtre d'innovations majeures dans les 20 prochaines années, assurent les deux entreprises. « Les moteurs de recherche obligent l'utilisateur à réfléchir aux mots précis susceptibles de se trouver sur la page contenant les informations convoitées. Cela rend les choses plus compliquées qu'elles n'ont lieu d'être », analyse Rammez Namm de Microsoft.

On reconsidèrera peut-être l'idée que quand on vire cinq linguistes, on augmente les performances de 5% :)

L'idée commence à faire son chemin : une expertise en linguistique appliquée, le savoir-faire en représentation des connaissances représentent un investissement à long terme qui portera ses fruits. Loin de rester dans la pensée contradictoire que la recherche d'information peut se passer de connaissance de l'information, il m'est avis que nous n'avons pas ici à traiter d'un effet de mode. La lucidité a frappé, depuis les désillusions liées aux développements du TAL après les investissements massifs au sortir de WWII. Un accouchement douloureux de perspectives réalistes : non, l'expertise linguistique ne fera pas faire de la marge tout de suite.
Parce que ce n'est pas un produit. C'est une révolution.